Urban Act' // Fédération Envie

13 Mai 2017
Urban Act' // Fédération Envie

 

 

Un pionnier de l’économie sociale et solidaire arrive dans la capitale

 

                                                                                       Antoinette Guhl conseillère de Paris.

 

 

Un nouvel acteur phare de l’économie sociale et solidaire débarque dans la capitale. Présente dans de nombreuses villes en France, l’association fédération Envie, pionnière dans le secteur de l’économie sociale et solidaire depuis une trentaine d’années, aura bientôt son atelier à Paris. Cette petite sœur d’Emmaüs spécialisée dans le réemploi du petit et gros électroménager va s’implanter en plein cœur du quartier de Belleville (XXe).

Le Conseil de Paris a voté ce mardi une subvention de 800 000 € pour aider l’association à financer la construction de son nouveau laboratoire parisien. Cet atelier de 560 m2 répartis sur deux étages sera érigé sur une parcelle propriété de Paris Habitat située rue Julien-Lacroix. Le bâtiment sera construit en bois et suivant les standards de l’économie circulaire bâtimentaire. Son ouverture est prévue à la fin 2018.

« Nous cherchions un site depuis deux ans pour accueillir cette association dans la capitale. L’entreprise était difficile compte tenu de la rareté et de la cherté du foncier à Paris. Je suis très heureuse d’être parvenue à trouver un terrain disponible », se félicite Antoinette Guhl, l’adjointe (EELV) chargée de l’économie sociale et solidaire.

 

Ce laboratoire sera spécialisé dans le réemploi et la réparation du gros et petit électroménager et dans l’aide à la réparation. Les Parisiens pourront bientôt emmener sur place grille-pain, vélo, radiateur et même leur machine à laver le linge. Une douzaine de salariés en insertion professionnelle remettront en état et redonneront une seconde vie aux objets du quotidien dans leur laboratoire flambant neuf.

Lieu de démonstration et de sensibilisation ouvert au grand public, ce laboratoire sera aussi utilisable par de nombreux acteurs professionnels de l’économie circulaire, pour des démonstrations, des sessions de formation, d’échanges de bonnes pratiques.

« Les plus démunis comme les plus économes, ou les plus soucieux de l’impact environnemental de leur consommation, trouvent dans les magasins Envie des biens d’équipements à prix justes. Les riverains du laboratoire, au même titre que les professionnels, mais aussi tous les Parisiens, seront bénéficiaires de ce démonstrateur, où seront promus des gestes simples de prévention et de réparation, permettant à chacune et à chacun d’augmenter la durée de vie de ses objets », souligne l’adjointe écologiste.

 

Coup de pouce financier pour trois ressourceries

Créer 20 ressourceries. C’est l’objectif que s’est fixé la mairie de Paris d’ici à la fin de la mandature en 2020. Aujourd’hui, 11 sont déjà implantées dans la capitale. Le maillage du territoire se poursuit avec la création de deux nouvelles structures. La première, gérée par l’association 1 000 collectes, ouvrira ses portes au début de l’été. Elle est en cours d’installation dans le XVIIe dans un local de Paris Habitat situé au 132, rue de Saussure. Ce sera la première du genre dans l’Ouest parisien. La deuxième, baptisée la ressourcerie de Belleville, créée à l’initiative de l’association « du Bleu dans les Yeux » et installée 46, rue des rigoles dans le XXe depuis peu, sera inaugurée prochainement.

La ville a voté ce mardi une subvention de 140 000 € pour donner un coup de pouce financier à ces ressourceries. La « Ressourcerie créative » déjà implantée dans le XIVe sur le site des Grand Voisins, dans l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, touchera une partie de cette enveloppe pour financer son développement.

  leparisien.fr

https://www.google.fr/amp/m.leparisien.fr/amp/paris-75005/un-pionnier-de-l-economie-sociale-et-solidaire-arrive-dans-la-capitale-09-05-2017-6933408.php